« Monsieur le président, mesdames, messieurs les députés, j'ai l'honneur, au nom du gouvernement de la République, de demander à l'Assemblée nationale l'abolition de la peine de mort en France. » Nous sommes le 17 septembre 1981, à Paris. Robert Badinter, premier ministre de la Justice de l'ère François Mitterrand, entame un discours historique.

C'était il y a 30 ans, c'est passé inaperçu ce we. Peut être parce qu'aujourd'hui quand un homme politique s'empare du micro, ce n'est plus la peine de mort qui est qualifiée de " faute morale" mais une partie de jambes en l'air.

 

aaIl reste 58 pays à la pratiquer. signez si vous le souhaitez.